Le ministère de la Justice polonais va collaborer avec une association immigrationniste

Association immigrationniste

Adam Bodnar, ministre de la Justice de Pologne, a rencontré les représentants de l’association immigrationniste „European Lawyers in Lesvos”. Un projet de limitation de la liberté d’expression va voir le jour.

Le ministre de la Justice contre la liberté d’expression

.Le ministère de la Justice polonais a publié un communiqué, mercredi 20 mars 2024, indiquant que le ministre Adam Bodnar a rencontré les représentants de l’association „European Lawyers in Lesvos”, spécialisée dans l’assistance aux immigrés illégaux.

„Ces dernières années, la conscience des besoins des personnes victimes de violences et de tortures s’est accrue en Pologne. Nous sommes devenus un pays multiculturel, ce qui exige des changements dans notre droit” a déclaré le ministre, selon le communiqué. Il a en outre indiqué que cette prise de conscience a été provoquée par deux événements majeurs : la crise migratoire à la frontière avec le Bélarus en 2021 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie en 2022.

M. Bodnar, en tant que procureur général de Pologne, „supervise les enquêtes sur les bavures commises à la frontière polono-bélarusse”. Plusieurs organisations de défense des immigrés illégaux avaient affirmé, avec l’aide de médias progressistes, que les gardes-frontières polonais maltraitaient les clandestins qui avaient franchi illégalement la clôture de sécurité séparant la Pologne du Bélarus, pays qui instrumentalise les flux migratoires afin de déstabiliser les pays du flanc est de l’UE et de l’OTAN.

Le ministre de la Justice du nouveau gouvernement de centre-gauche a assuré à ses invités qu’il travaillait sur une loi visant à „lutter contre les propos de haine”:

„Le ministre a soulevé la question de la parole de haine à laquelle sont confrontés les migrants et les minorités. Il a indiqué que le ministère travaillait intensivement à l’élaboration de solutions juridiques pour lutter contre elle”, peut-on lire dans le communiqué publié sur le site du ministère de la Justice.

„European Lawyers in Lesvos”, une association immigrationniste

.”European Lawyer in Lesvos” est une organisation spécialisée dans la défense des clandestins. Elle a été fondée en 2016 par le Conseil des barreaux européens et l’Association des barreaux allemands, suite à l’accord entre l’Union européenne et la Turquie qui „abandonne des milliers de nouveaux arrivants sur les îles grecques”. Elle installe un bureau d’avocats à Lesbos, île qui voyait à l’époque un afflux massif d’immigrés illégaux syriens et afghans en provenance de Turquie.

Elle s’implante en Pologne en aout 2022 afin d’apporter un soutien juridique aux réfugiés ukrainiens, mais tourne rapidement ses efforts vers les clandestins acheminés par les services d’Aleksander Loukachenko et essayant de forcer la frontière polono-bélarusse. Son objectif sur place est d’”accompagner les gens dans les procédures d’asile”.

L’association immigrationniste tient, sur son site Internet, un compteur de personnes assistées, en précisant leur origine. Nous apprenons ainsi qu’elle a fourni de l’aide à „plus 6 000 réfugiés” en Grèce et en Pologne, dont plus de 3 000 Afghans, 1 400 Syriens, presque 800 Irakiens, plus de 200 Iraniens, 40 Palestiniens et plusieurs centaines d’Africains. Elle propose aussi aux clandestins de les aider dans les procédures de regroupement familial.

Les activistes ne cachent pas leurs tâches controversées. Toujours sur leur site, on peut lire qu’„en Pologne, plus de 30 000 réfugiés ont traversé la frontière entre la Pologne et la Biélorussie en 2023, principalement d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, de Somalie et du Soudan. Ils sont confrontés à des dangers extrêmes, à des refoulements violents et à des détentions prolongées. […] Nous veillons à ce que les réfugiés puissent accéder à la procédure d’asile et nous avons un taux de réussite de 100 % dans la prévention des refoulements à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie”.

„Le Vieux Continent est en difficulté sérieuse”

.”Deux écueils menacent, qui s’aggravent l’un l’autre. Le premier, extérieur. Le second, intérieur”, écrit la philosophe Chantal Delsol dans les colonnes de „Wszystko co Najwazniejsze”.

„Tout d’abord, nous sommes entrés dans une période de récusation mondiale de la culture occidentale. Et cela depuis seulement le tournant de ce siècle. Il faut se rappeler que depuis le XVI° siècle, l’Occident a soumis par la conquête une grande partie des terres habitées, et a fasciné toutes les cultures du globe qui toutes ont voulu lui ressembler”.

„L’Europe dans son incroyable diversité historique, est tout entière irriguée par le principe de subsidiarité, qui honore avant toute chose l’autonomie des personnes et des groupes. Or il se trouve que l’institution européenne, entièrement tenue par un courant technocratique, passe par perte et profits le principe de subsidiarité. L’Union se permet de prendre au nom et à la place des membres de l’Europe des décisions que ces membres pourraient et devraient prendre eux-mêmes (concernant l’éducation, la santé, l’immigration etc)”.

„Ce serait un mode de gouvernement légitime d’un point de vue platonicien (« seul peut gouverner celui qui sait ») ou bien d’un point de vue chinois (« le gouvernant est le père et la mère du peuple »). Mais d’un point de vue européen, c’est là une ingérence difficilement acceptable. Ce qui explique le brexit, et le développement en Europe de courants et de gouvernements illibéraux, qui réclament de reprendre la main sur leurs affaires courantes”.

„C’est ainsi que le Vieux Continent, affaibli de l’intérieur par un gouvernement européen qui ne répond en rien à ses croyances essentielles (l’autonomie de la personne et des groupes), affaibli aussi par une culpabilité tenace qui la fait douter d’elle-même face aux attaques extérieures, ne se trouve pas en meilleure forme pour répondre aux défis géopolitiques présents”.

„On peut espérer que comme disait Holderlin, « là où est le péril, croit aussi ce qui sauve »… Et on peut en repérer les prémisses en regardant la réaction des pays de l’Ouest devant l’invasion de l’Ukraine : les idéologies pacifistes ont rapidement été reléguées au musée des folies, et devant le péril militaire et culturel, l’union se reforme. Acceptons-en l’augure! „

Nathaniel Garstecka

Materiał chroniony prawem autorskim. Dalsze rozpowszechnianie wyłącznie za zgodą wydawcy. 21 marca 2024