Frédéric BILLET : Liberté, égalité, fraternité face à la guerre en Ukraine

Liberté, égalité, fraternité face à la guerre en Ukraine

Photo of Frédéric BILLET

Frédéric BILLET

Ambassadeur de France en Pologne.

Autres textes disponibles

Qu’est-ce qui pourrait être plus éloquent que notre devise – liberté, égalité, fraternité – qui nous unit aujourd’hui alors que l’Europe est confrontée à cette guerre cruelle en Ukraine, que la Russie a déclenchée il y a quatre mois

Monsieur le Président du Sénat,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Sénateurs,
Mesdames et Messieurs les Députés,
Mesdames et Messieurs,
Chers compatriotes,
Chers amis,

Mon épouse Lidia et moi-même, nous sommes heureux de vous accueillir et de vous recevoir à l’occasion de notre Fête Nationale, afin de vivre avec vous ce moment de fraternité et d’amitié dans ce cadre chaleureux.

Il y a une heure à peine, des soldats polonais, ainsi que des soldats du groupe B9, qui réunit les pays du flanc oriental de l’OTAN, ont participé au défilé militaire à Paris sur les Champs Elysées pour célébrer notre fête nationale.

Quoi de plus beau que ce symbole de solidarité, d’unité et de fraternité d’armes entre alliés, alors que la guerre fait rage à quelques centaines de kilomètres de là.

Qu’est-ce qui pourrait être plus éloquent que notre devise – liberté, égalité, fraternité – qui nous unit aujourd’hui alors que l’Europe est confrontée à cette guerre cruelle en Ukraine, que la Russie a déclenchée il y a quatre mois.

Dans un instant, nous écouterons l’hymne polonais avec cette phrase « Bonaparte nous donna l’exemple, comment remporter des victoires », mais l’histoire européenne a montré à plusieurs reprises que c’est la Pologne qui nous donnait l’exemple de la résistance et comment se libérer du sang de l’occupant.

De même qu’il y a 40 ans la France était solidaire de Solidarność en Pologne, aujourd’hui nous sommes solidaires de l’Ukraine. Ici, les fils de l’histoire de nos pays s’entrecroisent et montrent que la victoire est possible grâce à la force de la volonté et de la détermination à retrouver la liberté.

Je n’aime pas parler des choses personnelles, mais je permets ici de faire ici une brève parenthèse personnelle, car je suis fils d’un résistant français qui a combattu les Allemands avec les Polonais dans la région du massif du Vercors en France pendant la Seconde Guerre mondiale. J’ai entendu parler des Polonais pour la première fois lorsque mon père avait parlé de leur héroïsme et de leur courage. Il m’a dit : « Quand ils se battent, ils ne lâchent jamais, quand ils fêtent, on ne peut pas les suivre ! ». Il y a beaucoup d’histoires et de souvenirs dans mon cœur sur ces événements dans le Vercors qui ont coûté la vie à plusieurs jeunes Polonais. Nous sommes les héritiers de ceux qui, dans des combats sanglants, ont construit les bases de l’amitié franco-polonaise. C’est une source essentielle, intarissable, qui doit nous inspirer et dans laquelle nous pouvons puiser de l’énergie. Et c’est particulièrement important en ce moment, alors que l’ordre en Europe est remis en cause par la guerre en Ukraine.

Mesdames et Messieurs,

.La France et la Pologne, unies par un partenariat stratégique, sont confrontées au même défi de la guerre en Ukraine et ont plus que jamais besoin de coopérer et de renforcer leur dialogue.

Notre partenariat stratégique engage nos deux pays dans un long terme. Cela découle de la conviction profonde que nous sommes des alliés et que nous avons un grand potentiel mutuel qui doit être développé. Nous avons beaucoup de choses en commun, même si nous divergeons sur certains points. Maintenant, nous devons aussi nous projeter dans des actions pour le future.

Tout d’abord, renforcer notre sécurité, mettre fin à la guerre en Ukraine, qui ébranle la paix dans toute la région, et continuer à construire une Europe forte, souveraine et solidaire. Car c’est grâce à l’Europe que la Pologne est plus en sécurité et plus prospère.

Face au retour de la guerre en Europe, la France et la Pologne, ainsi que les pays de l’UE, ont réagi de manière décisive et rapide. L’Union européenne a montré qu’elle pouvait prendre des décisions importantes sans délai. Cela veut dire que nous n’étions pas tapis dans un coin. Nous n’avons même pas eu le temps de reprendre notre souffle.

Comme l’a récemment déclaré le président français Emmanuel Macron : « L’Europe du mois de juin dernier est très différente de l’Europe de janvier ».

On peut donc dire que l’Union européenne n’est plus la même qu’il y a deux ans. Depuis la crise de la Covid, il y a eu un véritable changement stratégique, une rupture stratégique en Europe, et tous les Européens ont compris qu’il était préférable et plus efficace de répondre à tous ces défis – la pandémie, la crise des migrants à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, et maintenant la guerre – ensemble que séparément. Ces grands défis exigent toujours une réponse collective. Que serait l’UE aujourd’hui sans le plan de relance ? Lorsque nous agissons ensemble au sein de l’UE, nous pouvons également maximiser nos forces et nos capacités. Nous sommes plus forts ensemble. Nous sommes plus forts ensemble.

Cela dit, la guerre en Ukraine a contribué à l’autonomisation et à l’affirmation de l’UE, qui voit le monde tel qu’il est aujourd’hui, à savoir, un monde de guerre, un monde d’affirmation de la force brute, un monde de faits accomplis. Ce nouveau contexte représente une nouvelle donne pour notre Europe, qui trace la voie et gagne en pertinence et en affirmation. L’UE est à la barre et restera à la barre.

Cela signifie plus précisément pour l’Ukraine :

  • Premièrement, l’introduction de six trains de sanctions contre la Russie. Je tiens à rappeler ici que nous avons imposé les sanctions avec une rapidité sans précédent – en deux jours seulement pour le premier paquet.
  • Deuxièmement, l’octroi à l’Ukraine du statut de candidat à l’Union européenne.
  • Troisièmement, une aide sans précédent à l’Ukraine de 9 milliards d’euros dans tous les domaines. Nous aiderons aussi longtemps que nécessaire.

Ces mesures dont je parle sont réellement ressenties par tous, par les Ukrainiens et il ne s’agit pas d’un jeu d’apparences. Ici, les accusations concernant l’indifférence prétendue ou la position incohérente de l’Europe occidentale à l’égard de l’Ukraine ne résistent pas à la critique. Nous ne lâchons pas prise et nous ne laissons pas l’Ukraine seule. Nous continuons à fournir de l’aide dans tous les domaines.

Par ailleurs, au cours de ce dernier semestre, sous Présidence Française, l’Union européenne a considérablement renforcé sa souveraineté en matière de défense, d’économie, de numérique et d’énergie avec la fin de sa dépendance au gaz, pétrole et charbon russes. Cette souveraineté qui à peine il y a deux ans ne semblait qu’une simple idée française, nous a permis de construire une vraie convergence de vues.

Sur le plan sécuritaire et militaire, nous, Français, travaillons activement pour renforcer la présence de l’Otan sur le flanc est et pour la sécurité de la France, de la Pologne et de l’Europe. Nous ne faisons pas la politique de l’autruche et cela est visible concrètement :

  • D’abord, nos troupes françaises sont déployées en Estonie et en Roumanie, où la France est nations-cadre de l’eFP.
  • Ensuite, des avions français patrouillent quotidiennement le ciel polonais et trois cents de nos soldats ont récemment participé à un exercice militaire de l’Otan en Pologne. Dans un instant vous aller voir cette présence de vos propres yeux. Deux avions Mirage vont effectuer un survol de Varsovie.
  • Enfin, cette année, la France assure le commandement des forces de réaction rapide de l’Otan.

Ainsi, nous renforçons la sécurité de la Pologne et des pays du flanc est de l’Otan et ces efforts seront poursuivis sans relâche. La Pologne joue un rôle clé afin de renforcer l’Alliance sur le flanc est, avec la France à ses côtés.

Par ailleurs, depuis le début de cette guerre, nous sommes impressionnés, d’un côté par l’héroïsme et le courage des Ukrainiens, et de l’autre côté par l’immense vague de la solidarité des Polonais.

Je me souviens très clairement des premiers jours de cette guerre. J’ai souvent vu à la frontière des voitures de Polonaises et de Polonais accueillant des réfugiés à bras ouverts. Je me souviens aussi de la dignité qui se lisait sur les visages des femmes et des enfants dont la vie tenait et était confinée dans une seule valise.

Aujourd’hui je salue avant tout toutes les Polonaises et tous les Polonais en les remerciant du soutien qu’ils ont manifesté aux Ukrainiens. Je n’oublie pas non plus mes compatriotes en Pologne qui ont aidé les Polonais et les réfugiés de l’Ukraine de manière exemplaire, comme ils avaient aidé les Polonais à l’époque de Solidarność il y a quarante ans. Permettez-moi de répéter ici notre devise : liberté, égalité, fraternité. Et ce ne sont pas que des paroles, mais nous nous efforçons de les lettre en œuvre au quotidien.

Chers compatriotes, chers amis, je voudrais, à l’occasion de cette fête nationale, remercier très chaleureusement chacune et chacun d’entre vous pour votre engagement et votre solidarité en faveur des réfugiés ukrainiens. Vous faites honneur à notre devise « Liberté, égalité, fraternité » et vous pouvez être fiers de ce que vous faites au quotidien car vous savez mieux que quiconque ce que cela représente.

Vous êtes également des acteurs au quotidien de cette relation franco-polonaise et des exemples vivants des liens humains très forts entre nos deux pays. La guerre en Ukraine a provoqué une intensification du dialogue politique entre nos deux pays à l’occasion des nombreuses visites ministérielles et parlementaires ici en Pologne ou en France à l’occasion de transferts vers l’Ukraine. Comme c’était encore le cas il y a quelques semaines pour le PR, ou il y a quelques jours encore, pour le Président du Sénat français qui a rencontré ici son homologue Polonais.

Cette guerre a contribué également à un renforcement et à une intensification des relations et de la coopération entre les collectivités locales françaises et polonaises, que ce soit en matière d’accueil de réfugiés ukrainiens ou bien d’aide à l’Ukraine et à la Pologne. Ceci est très perceptible à tous les niveaux et ce croisement des solidarités française et polonaise renforce encore davantage notre relation bilatérale et ce mouvement n’est pas sans rappeler notre mobilisation, à l’époque de « Solidarité » il y a 40 ans. Il en est de même pour le réseau associatif et des ONG et un élu local polonais me disait récemment qu’il n’a jamais vu au printemps autant d’associations françaises dans les régions polonaises, que ce soient des médecins ou des pompiers volontaires ou tout simplement des membres des associations.

-  Je tiens à saluer le sénateur Jean-Yves Lecome
-  Je tiens à saluer la Maire-Adjointe de Nancy qui est avec nous aujourd’hui, ainsi qu’une délégation de Marins-pompiers de Marseille que je salue très chaleureusement.
-  Enfin, dans le domaine militaire et de la sécurité, depuis le printemps, ce sont des avions français qui, chaque jour assurent la sécurité de l’espace aérien polonais. Vous verrez et vous entendrez deux avions de l’Escadrille des Cigognes survoler le ciel de Varsovie et la Résidence tout à l’heure.

En matière économique, les projets des entreprises françaises en Pologne qui perçoivent le potentiel de l’économie polonaise, sont nombreux et très porteurs, que ce soit en matière énergétique avec le nucléaire, les ENR, le numérique ou le secteur agricole. Je voudrais à ce titre remercier la Chambre de Commerce franco-polonaise, la section des CCEF et Business France pour leur action au quotidien.

Il y a, quoi qu’on en dise, une très forte attente en Pologne pour les entreprises françaises et aucun secteur ne nous est fermé. J’en veux pour preuve le contrat en matière d’armement que nous venons de remporter en matière de ponts flottants pour l’armée polonaise. Je tiens à saluer la réactivité et l’engagement des entreprises françaises au profit de l’Ukraine, comme celles notamment du secteur des télécommunication, que ce soit au niveau de la Chambre de commerce, des conseillers au commerce extérieur.

Dans le domaine culturel, que ce soit au Musée de Varsovie ou à l’opéra de Varsovie, la France a de la visibilité et rayonne de nouveau. Nous avons également réengagé une coopération très fructueuse avec le collège de Natolin qui est un véritable creuset des futurs décideurs européens.

Je voudrais également me féliciter de l’excellent partenariat entre l’Ambassade et la Société Cryptone et remercier son Président M. Téboul pour son action en faveur de la visibilité de la France ici en Pologne, avec la « Touche française » (French Touch). Nous allons signer d’ailleurs très prochainement une Convention de partenariat.

Je tiens à saluer enfin tous mes collègues du corps diplomatique européen présents aujourd’hui, avec lesquels nous avons vécu intensément ces 6 mois de la Présidence Française et mes autres collègues extra-européens avec lesquels j’ai toujours grand plaisir à coopérer. Je voudrais souhaiter très bonne chance à la présidence tchèque.

De nombreuses entreprises françaises nous ont aidés à organiser cette réception :
-  j’exprime mes remerciements à nos partenaires : Michelin, Veolia, Saint-Gobain ; Sofitel & Orbis, Président (Lactalis), Orange et Wyborowa-Pernod Ricard, EDF, Canal+ et Eiffage.
-  ainsi qu’à toutes les entreprises dont les logos sont présentés à l’entrée.

Enfin, pour terminer, permettez-moi de remercier chaleureusement nos collègues qui nous quittent cet été. Je tiens à les saluer pour leur remarquable professionnalisme, leur engagement et leur exemplarité. Ils peuvent être fiers de ce qu’ils ont fait, car la mobilisation de l’Ambassade pour l’évacuation des Français d’Ukraine a été exemplaire et saluée par les autorités françaises.

À ce titre, je voudrais mettre en relief également le travail de nos consulats de Varsovie et de Cracovie ainsi que de nos consuls honoraires ; je vais dans quelques instants renouveler le brevet consulaire d’Alicia Bień, notre consule honoraire à Łódź qui fait un travail remarquable.

.Enfin, pour terminer, je voudrais saluer très chaleureusement les familles ukrainiennes qui sont avec nous aujourd’hui et qui sont aidées par l’association française Varsovie Accueil ; et également remercier la maison de retraite de Pilaszków qui les accueille et les héberge au quotidien. Dans ces moments très difficiles, vous pouvez compter sur notre aide et sur notre solidarité à vos côtés ; la devise de la République française est « liberté, égalité, fraternité « et nous la mettons en œuvre à vos côtés au quotidien.

На завершення хочу щиро привітати українські родини, які сьогодні з нами і яким допомагає французька асоціація Varsovie Accueil ; a також подякувати будинку престарілих в Pilaszków, який щоденно їх приймає. У ці дуже важкі часи ви можете розраховувати на нашу допомогу та нашу солідарність з вами ; девізом Французької Республіки є « свобода, рівність, братерство », і ми впроваджуємо його з вами щодня.
Дякую вам.

Vive la France,
Vive la Pologne
Vive l’Europe !

Frédéric Billet

Contenu du discours de l’ambassadeur de France à Varsovie le jour de la Bastille, le 14 juillet 2022.

14/07/2022