Peut-être vous êtes-vous demandé pourquoi les médias en France évoquent si peu Wrocław alors que la distance séparant cette ville de Strasbourg à vol d’oiseau n’est que de 722 km et de 992 km par l’autoroute qui relie désormais en continu ces deux cités? Peut-être d’ailleurs trouvez-vous cet état de choses quelque peu, disons, inapproprié? Ou alors vous sentez-vous gêné par le fossé en termes de connaissances et d’échanges humains, lequel semble persister entre ce qu’on appelle l’Europe de l’Ouest et ce qu’on continue malheureusement d’appeler encore « l’Europe de l’Est », puisque vous savez que nombre des pays jadis situés de l’autre côté du rideau de fer ont rejoint l’Union à partir de 2004, ce qui commence à faire long ? D’autant que des amis, en visite en Pologne, ont évoqué devant vous la réussite économique et logistique « impressionnante » de ce pays? « Mais oui, ces Gaulois de l’Est ont reconstruit toutes leurs gares mais aussi construit des autoroutes et des voies express. De plus, le paiement sans contact y est apparu bien avant chez nous », vous a-t-on susurré à l’oreille d’un ton confidentiel. Peut-être faites-vous partie de ceux (même s’ils constituent une minorité) qui estiment que tous les Polonais n’exercent pas le métier de « plombier ». En effet, vous rattachez ce territoire, la Pologne, à sa lutte pour le recouvrement de l’indépendance, non seulement à l’époque glorieuse de « Solidarność », mais aussi au XIXe siècle comme en témoigne l’étude révolutionnaire de Frédéric Chopin. A part les plombiers, vous vous dites donc, il doit au moins y avoir des soldats ou des révolutionnaires ainsi que, soyons fous!, des musiciens. Votre audace vous vient peut-être d’ailleurs de ce qu’au détour d’une autre conversation, quelqu’un avait laissé entendre que le père de Frédéric, Nicolas/Mikołaj était un Lorrain polonisé ayant dû son ascension sociale dès l’âge de 10 ans à la noblesse polonaise installée au château de Marainville et qu’avec ces mêmes Polonais, il avait rejoint Varsovie à l’âge de 16 ans. A partir de là vous voulez en savoir plus. Connaître les autres métiers exercés par les Polonais, à part plombier, soldat, révolutionnaire et musicien. Et à l’occasion en apprendre un peu plus sur la carrière fulgurante de Nicolas/Mikołaj Chopin à Varsovie? D’ailleurs, même si la Pologne vous évoque instantanément des images rattachées au XIXe siècle, vous vous dites que ce serait bien, là encore à l’occasion, d’en apprendre un peu plus sur le passé plus lointain, les dynasties des Piasts et des Jagellons. Ou encore sur le double principe de l’électivité du roi et de la tolérance religieuse à une époque où celle-ci était une denrée rarissime. Un de vos proches vous a d’ailleurs parlé du peintre Matejko et en particulier de son tableau « L’accueil des Juifs en Pologne.

Le site « L’essentiel à portée de main » est fait pour vous!

A. D. 1096 ». Cela vous évoque l’académie talmudique (yeshiva) de Lublin, longtemps l’une des plus importantes au monde, fondée au XVIe siècle. De même, il vous est déjà arrivé de vous dire que ce serait chic d’être capable de prononcer correctement des noms tels que « Biały » et « Czarny » mais aussi « Kazimierz » ou encore « Legnica ». Qu’ainsi vous parviendrez à mieux saisir les liens entre Polonais, Lituaniens, Ruthènes et Ukrainiens, Hongrois. D’ailleurs, la grand-mère du grand poète, célèbre aux Etats-Unis, Zbigniew Herbert n’était-elle pas d’origine arménienne? Il vous faudra vérifier cette information.

Inversement, vous savez qu’en Pologne la francophilie a toujours eu de solides fondements historiques, depuis l’époque de Gallus Anonymous, mais surtout depuis les Lumières puis Napoléon et ce qu’ils appellent là-bas « La Grande Emigration » qui avait fait de Paris une petite Pologne au XIXe siècle (toujours lui!). Et c’est la raison pour laquelle vous vous étonnez qu’aujourd’hui, les Polonais semblent se détourner de l’apprentissage de la langue française tout en considérant Paris comme une ville qui s’éloigne d’eux. Cela aussi vous incommode et vous sentez qu’il devient urgent de parler de la France (sans doute autrement que ne le font communément les médias) aux Polonais. Finalement, vous vous dites que l’Europe devrait être commune non seulement à travers des slogans politiques un peu ronflants, mais surtout à travers nos actes de tous les jours, nos possibilités épistémologiques, pour user d’une langue un peu technique, par quoi il faut entendre la possibilité d’accéder à des informations, d’un côté, ouvertes sur la profondeur historique et, de l’autre côté, en phase avec les évolutions et défis des sociétés d’aujourd’hui.

D’une manière générale, peut-être êtes-vous curieux tout en vous voulant prévoyant, car vous souhaitez savoir non seulement ce que l’avenir nous réserve, mais aussi ce que celui-ci pourrait être à condition d’y réfléchir ensemble, par delà certains préjugés. Mieux, peut-être vous dites-vous qu’il n’y a pas d’autre voie si l’on veut éviter de se chamailler entre Européens tout en préservant un avantage concurrentiel sur les grandes autres puissances mondiales, y compris celles qui émergent, parfois à vitesse à grand V. Car l’Europe, estimez-vous peut-être, ne sera que si nous la faisons vraiment ensemble, c’est-à-dire sur la base d’un respect et d’une curiosité mutuels. Par delà nos préjugés hérités du passé.
En somme, cela fait beaucoup de « peut-être ». Mais ces « peut-être » sont peut-être l’indice de certaines inquiétudes plus profondes, de désirs aussi, avec pour point de mire l’espoir de surmonter des héritages parfois aussi négatifs. Et si vous vous aidiez vous même à transformer ces « peut-être » en impulsions pour penser et agir, pour construire une/votre Europe victorieuse qui soit une Europe de la fraternité et de l’humanisme? Dans ce cas, le site Wszystko Co Najważniejsze ou « L’essentiel à portée de main » en français est fait pour vous!

Prof. Piotr BIŁOS

Eryk MISTEWICZ: Pour avoir une fin honnête, cette guerre doit mener à la liquidation de l’oblast de Kaliningrad, enclave russe au cœur de l’UE
Eryk MISTEWICZ

Eryk MISTEWICZ

Pour avoir une fin honnête, cette guerre doit mener à la liquidation de l’oblast de Kaliningrad, enclave russe au cœur de l’UE

Situé au bord de la Baltique et entouré de part et d’autre par la Pologne et la Lituanie, ce territoire n’a jamais été, historiquement, la Russie. Pendant des siècles, il a fait partie de l’État polono-lituanien qui englobait, à son apogée, les terres de la Pologne, de la Lituanie, de la Lettonie, de la Biélorussie et de l’Ukraine d’aujourd’hui. À une époque, il a appartenu à la Prusse, mais jamais il n’a été russe.

Karol NAWROCKI: Fasciste qui n’est pas avec eux
Karol NAWROCKI

Karol NAWROCKI

Fasciste qui n’est pas avec eux

Les autorités de la Fédération de Russie mentent constamment sur le passé afin de justifier leur politique agressive actuelle. Dans cette mystification, la Pologne occupe une place de choix.

Josie DIXON: Voyage dans le temps. Felix Yaniewicz revisité
Josie DIXON

Josie DIXON

Voyage dans le temps. Felix Yaniewicz revisité

Felix Yaniewicz (1762-1848) était un violoniste et compositeur polono-lituanien qui s’est installé en Grande-Bretagne après une carrière cosmopolite qui l’a mené à Vienne, en Italie et à Paris.

Nathaniel GARSTECKA: La Russie est-elle le bastion de notre civilisation ?
Nathaniel GARSTECKA

Nathaniel GARSTECKA

La Russie est-elle le bastion de notre civilisation ?

C’est ce que semble penser une partie de la droite occidentale, en particulier française. La Russie est souvent qualifiée de « bastion de la civilisation blanche, chrétienne et conservatrice » et ses dirigeants sont érigés en modèle dont nous devrions nous inspirer.

Mateusz SZPYTMA: L’intérêt de la Pologne prévaut sur celui d’un parti
Mateusz SZPYTMA

Mateusz SZPYTMA

L’intérêt de la Pologne prévaut sur celui d’un parti

Je suis originaire de Markowa, un village située dans l’ancienne Galicie, où le mouvement paysan est traditionnellement très fort. Mes parents et grands-parents étaient paysans – ils travaillaient tous la terre. L’histoire de la classe paysanne m’est très proche depuis l’enfance, tout comme la figure de Wincenty Witos – l’homme politique le plus remarquable de la campagne polonaise et l’une des personnalités les plus marquantes de l’histoire de la scène politique polonaise.

Ewelina PODGAJNA: La pensée politique de Wincenty Witos
Ewelina PODGAJNA

Ewelina PODGAJNA

La pensée politique de Wincenty Witos

Wincenty Witos fut l’un des personnages les plus importants dans le grand processus de transformation du paysan attaché aux monarques du temps des partages du pays en un Polonais et un citoyen conscient. Sans ce processus, ce « miracle de renaissance » serait bien plus modeste et incomplet.

La coopération franco-polonaise, un domaine d’avenir
Nathaniel GARSTECKA

Nathaniel GARSTECKA

La coopération franco-polonaise, un domaine d’avenir

Les relations entre la France et la Pologne ont fluctué au fil du temps, mais elles ont été plus longtemps amicales qu’incorrectes. Dans le cadre actuel, une coopération poussée présenterait davantage d’avantages que d’inconvénients.

Débat sur le choix du nouveau chef de l’OTAN

Débat sur le choix du nouveau chef de l’OTAN

Il n’a toujours pas été décidé qui remplacera, en octobre 2024, Jens Stoltenberg au poste de secrétaire général de l’OTAN. Les pays du flanc est espèrent que le choix se portera sur eux.

Frédéric PETIT: La Pologne n’est pas menacée d’une attaque de l’Est, elle a été attaquée il y a trois ans, à sa frontière
Frédéric PETIT

Frédéric PETIT

La Pologne n’est pas menacée d’une attaque de l’Est, elle a été attaquée il y a trois ans, à sa frontière

La Pologne n’est pas menacée d’une attaque de l’Est, elle a été attaquée il y a trois ans, à sa frontière. Pas par des canons, mais par l’instrumentalisation des migrants à la frontière bélarusse. Par ailleurs, ce n’est pas seulement la Pologne qui a été attaquée mais toute l’Union européenne, et notamment sa devise « Unis dans la diversité ».

Karol NAWROCKI: Avec l’histoire vers la modernité
Karol NAWROCKI

Karol NAWROCKI

Avec l’histoire vers la modernité

Si le monde libre abandonne la politique active de la mémoire, il cédera la place à ceux qui n’ont rien appris des expériences des totalitarismes du XXe siècle.

Prof. Paweł ŚNIATAŁA: Pourquoi étudier en Pologne ?
Prof. Paweł ŚNIATAŁA

Prof. Paweł ŚNIATAŁA

Pourquoi étudier en Pologne ?

De plus en plus d’étudiants étrangers découvrent la Pologne comme un endroit idéal pour étudier au niveau européen et mondial, avec des coûts d’éducation et de vie relativement bas.

Dawid KOSTECKI: Cherchez votre futur en Pologne
Dawid KOSTECKI

Dawid KOSTECKI

Cherchez votre futur en Pologne

La Pologne attire aujourd’hui des étudiants et des scientifiques du monde entier. Ce n’est pas seulement l’une des plus anciennes universités européennes, fondée en 1364 et située dans la belle ville de Cracovie.

Prof. Anna JURKOWSKA-ZEIDLER: Les universités polonaises offrent un capital scientifique
Prof. Anna JURKOWSKA-ZEIDLER

Prof. Anna JURKOWSKA-ZEIDLER

Les universités polonaises offrent un capital scientifique

Les universités polonaises offrent un capital scientifique conséquent et comme toutes les données l’indiquent elles sont très populaires tant parmi les étudiants étrangers que parmi les scientifiques du monde entier. Ce qui les attire dans notre pays, ce sont les coûts relativement bas de l’éducation et de la vie.

Jan PARYS : Biden, Scholz et Macron
Jan PARYS

Jan PARYS

Biden, Scholz et Macron

Récemment, plusieurs politiciens occidentaux importants ont révélé publiquement leurs prévisions et leurs plans concernant les affaires internationales.

Prof. Zbigniew STAWROWSKI: Le principe de légalité en tant que valeur européenne.   Le contexte philosophique d’un conflit politique
Prof. Zbigniew STAWROWSKI

Prof. Zbigniew STAWROWSKI

Le principe de légalité en tant que valeur européenne.
Le contexte philosophique d’un conflit politique

Les conflits politiques actuels sur l’État de droit – que ce soit dans le contexte de l’ordre intra-étatique ou des relations interétatiques et des nouvelles formes de celles-ci qui ont émergé au sein de l’Union européenne – ne sont rien d’autre que l’actualisation contemporaine du conflit éternel décrit ci-dessus entre la vision de l’homme représentée par, d’une part, ceux pour qui seul l’intérêt personnel compte et tout se décide en fin de compte par la force, et, d’autre part, ceux qui savent qu’une vie humaine significative est imprégnée d’un sens de la communauté, de la solidarité et du devoir envers autrui.

Mateusz SZPYTMA: L’Aumônerie des agriculteurs dans l’archidiocèse de Cracovie entre 1982 et 1990.
Mateusz SZPYTMA

Mateusz SZPYTMA

L’Aumônerie des agriculteurs dans l’archidiocèse de Cracovie entre 1982 et 1990.

Dès le début de son activité, en octobre 1980, Solidarité agricole sur le terrain de l’archidiocèse de Cracovie a décidé de solliciter le soutien de l’Église catholique. Comme l’accès aux médias publics était entravé, des informations encourageant la création de cercles de « Solidarité rurale » étaient transmises par la Curie métropolitaine de Cracovie et son réseau paroissial. Dans de nombreuses paroisses, les prêtres aidaient à organiser la « Solidarité rurale » et l’ont soutenue, et à la demande des agriculteurs, ils célébraient également les messes avant les réunions importantes, par exemple les congrès provinciaux.

Andrzej W. KACZOROWSKI: La naissance de l’Aumônerie des agriculteurs
Andrzej W. KACZOROWSKI

Andrzej W. KACZOROWSKI

La naissance de l’Aumônerie des agriculteurs

L’Église et l’agriculture individuelle qu’elle soutenait – qui démantelait de l’intérieur le système de la République populaire de Pologne – dès le début étaient perçues par les communistes comme les deux principales menaces.