Eryk MISTEWICZ: Les Polonais proposent un renforcement de l’Europe par un partenariat stratégique avec les États-Unis

Les Polonais proposent un renforcement de l’Europe par un partenariat stratégique avec les États-Unis

Photo of Eryk MISTEWICZ

Eryk MISTEWICZ

Président de l’Institut des Nouveaux Médias (Instytut Nowych Mediów) – éditeur de « Wszystko co Najważniejsze ». Auteur de stratégies marketing. Travaille entre la Pologne et la France. Lauréat du Pulitzer polonais.

Ryc.: Fabien Clairefond

Autres textes disponibles

La Pologne mise sur un partenariat stratégique avec les États-Unis, car ils ne nous ont jamais déçus. L’alliance de la Pologne et des États-Unis est le meilleur vaccin contre l’impérialisme russe – écrit Eryk MISTEWICZ

.Pendant sa visite aux USA, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a répondu à l’idée de mettre en œuvre une « autonomie stratégique » et de se séparer de Washington, en proposant, à l’inverse, un partenariat stratégique entre l’Europe et les États-Unis. On ne joue pas avec le feu, rappelle-t-il, en pointant le cas des confins Est de l’Union Européenne. Sans l’héroïsme des Ukrainiens, sans surtout le soutien militaire américain et britannique – pays hors-UE –, sans l’aide de la Pologne qui a offert la sécurité aux familles des soldats ukrainiens, la Russie aurait menacé non seulement l’Ukraine, mais aussi d’autres pays européens.

Une Europe forte ? Pendant des décennies, l’Union européenne n’a pas été capable de bâtir sa puissance militaire, industrielle, économique. Cela a été démontré pendant la pandémie du Covid-19 : l’erreur d’avoir déplacé nos industries stratégiques hors d’Europe a eu comme résultat direct des ruptures des chaînes de production et d’approvisionnement. Cela a aussi été démontré par l’agression russe de l’Ukraine, quand on a constaté l’ampleur du désarmement en Europe ces dernières années, la pénurie d’équipements, d’avions, de missiles – de tout. L’agression russe nous a fait comprendre autre chose encore : la dépendance énergétique totale vis à vis de la Russie d’une grande partie du continent, à tous les niveaux, soldée par une crise énergétique, des prix élevés, des protestations sociales et, pour les Ukrainiens – par le cauchemar de bombardements quotidiens de leurs villes, quartiers, villages.

La Pologne ne se fait pas d’illusions sur la Russie. Nous sommes prêts à nous battre pour redonner à l’Europe la place qui lui revient sur la carte géopolitique du monde. Mais nous savons aussi, comme le dit Mateusz Morawiecki, qu’il ne faut pas nous libérer de l’étreinte de l’ours russe pour tomber dans celle du dragon chinois.

Aujourd’hui, nous les Polonais construisons une nouvelle architecture de sécurité pour l’Europe et le monde. Nous ne le faisons ni en coopération avec les Chinois ni dans le cadre de discussions avec Vladimir Poutine, mais en soutenant les Ukrainiens de toutes les manières possibles dans leur lutte, conscients que c’est un combat qu’ils mènent pour nous. Nous n’avons aucun doute, car le chef du Kremlin l’a dit ouvertement, que la mission de l’impérialisme russe est de restaurer les frontières du temps de l’Union soviétique. Celles de la Grande Russie. Et cela passe par l’occupation de la Pologne, des pays baltes, d’une grande partie de l’Europe centrale, peut-être même d’une partie de l’Allemagne.

Barrage à l’envie impériale. Aujourd’hui, les relations avec les États-Unis sont la clé de « l’être ou ne pas être » européen. Depuis le début de l’agression russe de l’Ukraine, le nombre de soldats américains en Pologne a augmenté de plus de 10.000 : opérateurs des systèmes anti-aériens Patriot, soldats de la division aéroportée, pilotes d’avions de chasse F-15… Il y a quelques semaines, une base américaine permanente a été ouverte dans la ville de Powidz, comportant plusieurs milliers de pièces d’équipement dont des chars et des véhicules d’infanterie. La défense du flanc oriental de l’OTAN n’est pas un vain mot.

La Pologne n’a pas connu d’événements aussi importants, d’aussi grands changements depuis longtemps. C’est peut-être la période du syndicat Solidarność, ou celle des visites de Jean-Paul II, ou encore notre expérience, longue de deux siècles et demi, de lutte contre les impérialismes allemand et soviétique qui rend les questions de liberté et de sécurité si importantes à nos yeux…

.La Pologne, l’Ukraine, la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, la République tchèque et les pays scandinaves forment aujourd’hui un nouveau centre de gravité géostratégique de l’Europe. La Pologne mise sur un partenariat stratégique avec les États-Unis, car ils ne nous ont jamais déçus, et l’alliance de la Pologne et des États-Unis est le meilleur vaccin contre l’impérialisme russe.

C’est aussi un choix pragmatique : seule une telle alliance permettra de mettre le plus rapidement possible un terme à la guerre en Ukraine.

Lors de sa visite aux États-Unis, Mateusz Morawiecki a souligné à plusieurs reprises : c’est soit la renaissance de l’Occident, soit la marginalisation de l’Europe. La Pologne a déjà fait son choix.

Eryk Mistewicz
Publié par „L’Opinion”: [LIEN: « Les Polonais proposent un renforcement de l’Europe par un partenariat stratégique avec les États-Unis ». La tribune de Eryk Mistewicz]

œuvre protégée par droit d'auteur. Toute diffusion doit être autorisée par l'éditeur 12/04/2023