Nathaniel GARSTECKA: La Pologne, nouvelle terre d’immigration des Français

La Pologne, nouvelle terre d’immigration des Français

Photo of Nathaniel GARSTECKA

Nathaniel GARSTECKA

Journaliste à "Wszystko co Najwazniejsze". Parisien né dans une famille d'origine polono-juive, habite à Varsovie. Il se passionne pour l'histoire et la culture polonaise, française et du peuple juif.

Autres textes disponibles

Le nombre de Français installés en Pologne ne cesse de croître depuis des années. Certains viennent seuls, d’autres emménagent en famille. Dans tous les cas, ils retrouvent en Pologne ce qu’ils ont de plus en plus de mal à percevoir en France : l’esprit de la civilisation européenne.

.Depuis l’indépendance de la Pologne, plusieurs vagues d’immigration française se sont succédées. Tout d’abord, celle des cadres d’entreprises, qui ont profité de l’entrée du pays dans l’Union Européenne et l’espace Schengen pour s’y faire expatrier par les groupes pour lesquels ils travaillent. Beaucoup y sont restés et y ont fondé leur famille, même après la fin de leur contrat d’expatriation. Certains ont créé leurs propres sociétés, d’autres continuent d’être employés par des filiales ou des entités de grands groupes français.

Il y a eu, au même moment ou même un peu plus tôt, le „retour” de nombreux Polonais qui avaient émigré à l’époque du communisme, ou de descendants d’émigrés plus anciens qui ont vu la possibilité de revenir à leurs racines. Souvent (mais pas toujours) binationaux et bilingues, ils se sont installés là où habitent leurs familles plus ou moins éloignées.

Enfin, une nouvelle vague d’immigration a débuté il y a une dizaine d’années. Des jeunes gens émigrant ni pour le travail, ni pour rejoindre des proches, mais pour des raisons davantage culturelles. Cette vague est consécutive à l’augmentation de l’insécurité en France, aux attentats et à la prise de conscience de la métamorphose de pans entiers du territoire français.

Des parcours différents

.Il n’y a pas un profil type de Français expatrié. Ils viennent de tous milieux et de tous horizons. Maxence a „un parcours plutôt classique, étant diplômé à la fois en économie et en informatique”. Il travaille actuellement dans l’IT. C’est sa femme qui l’a convaincu de s’installer en Pologne, suite aux événements tragiques qu’avait connus la France. Son choix a été facilité par les origines polonaises d’une partie de ses ancêtres. Il a donc décidé de „découvrir ce pays par [lui]-même. [Il a] pris un billet pour Varsovie et [Il a] commencé à explorer”.

Victor est diplômé en sciences politiques et est passé par de grandes écoles de commerce. Il a longtemps vécu à l’étranger et il a découvert la Pologne lors de vacances avec son épouse : ” Nous avons immédiatement eu un coup de cœur pour ce pays et sommes revenus à plusieurs reprises avant de finalement décider à nous y installer avec nos deux enfants”.

Arnaud, expert en gastronomie, a été convaincu par les aspects professionnels et culturels de la Pologne : „Après plus de vingt ans chez Carrefour comme chef de rayon poissonnerie et acheteur en produits de la mer, j’étais lassé du management tel qu’il est devenu en France”. Très critique envers „l’excès de social et de réglementations”, „manque de respect, l’absentéisme programmé”, il a „cherché en Europe un pays où la culture et la notion de bien commun et de respect des règles étaient plus présentes, comme autrefois en France”.

La beauté de la Pologne

.De nombreuses destinations s’offrent aux Français qui souhaitent s’installer à l’étranger. Parmi elle, la Pologne présente des atouts que peu de pays possèdent.

Arnaud loue „la délinquance et la criminalité faibles, un peuple éduqué et respectueux des autres et de son environnement, un pays de tradition catholique avec toutes les valeurs qui en découlent, une économie dynamique grâce à sa monnaie.”

Ce qui plait le plus à Maxence est „cette ferveur patriotique avouée”, ainsi que „l’accueil chaleureux et la générosité des gens. En Pologne, l’hospitalité et la générosité passent d’abord par un repas copieux et une boisson rafraîchissante à quarante degrés”.

Victor avait d’abord découvert la Pologne lors d’un voyage touristique : „Nous avons tout de suite été séduits par la beauté des villes polonaises et de leurs centres historiques, l’ambiance apaisée et le fort sentiment de sécurité, la vivacité des traditions et l’attachement des polonais à leur histoire, la qualité des infrastructures et le dynamisme économique”.

Le regard des Français sur les Polonais

.Il existe de nombreux stéréotypes en France sur la Pologne et les Polonais. Beaucoup de gens qui découvrent la Pologne pour la première fois sont influencés par l’opinion négative qui règne au sujet de ce pays et de ses habitants. Cependant, les a priori négatifs se dissipent très rapidement si on adopte un point de vue honnête fondé sur l’ouverture et l’expérience.

Victor a effectué cette démarche : „La plupart des français ont une image plutôt terne de la Pologne et des polonais, héritée de la période socialiste et des années 80/90. Pour ma part, j’imaginais les polonais comme des gens travailleurs mais peu chaleureux et j’avais en tête les clichés sur la précarité et l’alcoolisme, largement exagérés. En venant régulièrement, j’ai vite constaté que les polonais étaient effectivement travailleurs et que, même si moins chaleureux de prime abord que les peuples latins, ils se montraient beaucoup plus solidaires et serviables les uns avec les autres qu’en France. Ainsi, ayant vécu le cas d’un bébé hurlant dans mes bras au supermarché sans raison apparente, j’ai constaté que plusieurs personnes venaient me proposer de l’aide, alors qu’en France je n’aurai recueilli qu’indifférence voire colère pour le bruit généré”.

Maxence a eu une expérience similaire : „Il est vrai que lorsqu’on les rencontre pour la première fois, ils peuvent sembler froids en apparence. Il n’est pas rare de se sentir un peu dérouté dans un magasin, par exemple, car le commerçant ne sourit pas et ne dit pas bonjour. Cependant, j’ai rapidement compris que c’était une „façade” polonaise et que si l’on parvient à percer cette carapace, on découvre des personnes généralement très chaleureuses et généreuses”.

Arnaud, en tant que gastronome, initie les Polonais à la tradition française de l’apéro : „Les Polonais sont des grands timides introvertis, mais quel plaisir si vous faites le premier pas, ils apprécieront la joie de vivre et la bonne humeur et s’ouvriront très vite ! Petite touche d’humour, comme les bretons c’est un peuple convivial et si vous démarrez un apéro avec eux ils seront les meilleurs partenaires”.

Conseils d’expatriés

.Après avoir appris à connaître la Pologne, les Français expatriés sont enclins à partager leur expérience et donner des conseils à ceux qui souhaiteraient à leur tour découvrir le pays ou s’y installer.

Maxence a beaucoup voyagé en Pologne, il connait désormais bien le pays : „J’ai eu la chance de visiter les quatre coins de la Pologne et près d’une dizaine de villes différentes. Chacune d’entre elles offre un morceau d’histoire, une culture et une architecture unique. Il y a tellement de choses extraordinaires à visiter qu’il serait criminel d’en citer seulement quelques-unes. De plus, le pays présente une réelle diversité en termes de paysages, que ce soit la mer Baltique ou les montagnes du sud. Il y en a pour tous les goûts !”

„En ce qui concerne l’expatriation, tout dépend des objectifs, de la profession et du style de vie que l’on recherche. La Pologne offre de nombreuses possibilités, mais en ce qui me concerne, Poznan m’a adopté. C’est une jolie ville à mi-chemin entre Berlin et Varsovie, une ville moderne et qui contient de grandes entreprises dont certaines emploient des francophones. Une ville idéale aussi par sa possibilité de partir à l’aventure en train au nord avec Gdansk, au sud avec Wroclaw ou Cracovie et à l’est avec Varsovie”.

Victor a une expérience et un regard plus récents : ” La Pologne étant un pays aux multiples facettes (paysages et traditions régionales variées), je recommande aux visiteurs de ne pas s’arrêter aux seules Cracovie et Varsovie, comme c’est souvent le cas. De nombreuses autres villes méritent le détour, comme Toruń, Wrocław, Częstochowa, Lublin, Gdańsk mais aussi des régions aux paysages spectaculaires comme les Tatras, la péninsule de Hel ou la Mazurie. Pour s’installer durablement, Varsovie et Cracovie offrent le plus d’opportunités professionnelles, des infrastructures de niveau international et une vie citadine dynamique. Wrocław, Poznań, Gdańsk et la région de Katowice sont aussi d’importants bassins d’emploi. Pour ceux qui fuient les grandes villes, il existe de nombreuses villes de taille moyenne (Opole, Kielce, Olsztyn…) où il est possible de télétravailler et bénéficier de loyers plus abordables, d’un excellent confort de vie et d’une proximité avec la campagne toute proche”.

Arnaud aborde la question essentielle de la langue : „Je conseille de visiter Gdansk, Sopot, Gdynia et Cracovie. Pour une expatriation je recommande Varsovie le temps d’apprendre la langue. L’anglais est courant à Varsovie et donc très pratique”.

Bilan d’expatriation

.Victor livre sa vision globale de la Pologne et de sa culture : „Il faut oublier les clichés et les préjugés et découvrir la Pologne à fond : ses villes, ses villages, ses paysages, son histoire, sa foi, sa culture musicale et littéraire, ses traditions ancestrales, sa gastronomie… Toutes ces facettes font de la Pologne une destination de premier plan en Europe, actuellement sous-exploitée par méconnaissance”.

Maxence partage cet enthousiasme : „La Pologne est une terre d’opportunités, c’est le pays en Europe qui a une croissance insolente et que ce soit pour le confort de vie, la paisibilité ou le travail, c’est ici que l’on peut trouver son bonheur.

Arnaud conclut d’un message adressé à ses compatriotes : „La Pologne, la France de mon enfance!”

Nathaniel Garstecka

œuvre protégée par droit d'auteur. Toute diffusion doit être autorisée par l'éditeur 13/07/2023