Vive l’amitié franco-polonaise! Discours du 14 juillet 2017

Pierre LÈVY

L'Ambassadeur de France en Pologne.

voir les textes des autres

Pierre LÈVY: Niech żyje przyjaźń francusko-polska!
Wystąpienie w dniu Święta Narodowego Francji

C’est un grand honneur pour moi et mon épouse Marie-Sophie de vous accueillir avec mon équipe pour la première fête nationale que nous célébrons avec vous à Varsovie.

.Le plaisir est tout aussi grand de vous voir si nombreux aujourd’hui, membres du gouvernement, parlementaires, élus locaux, diplomates, représentants des cultes, des milieux d’affaires, artistes, créateurs, journalistes, autant de personnalités venant de mondes différents qui partagent un même lien, celui de l‘amitié avec la France.

Je vous remercie chaleureusement pour la qualité de votre accueil depuis mon arrivée. Mes nombreux déplacements en région ont été passionnants. Sachez que je me souviendrai de mes premiers mois à la rencontre de la Pologne.

Vous avez sans doute été surpris de découvrir un char à l’entrée de la Résidence. Ne craignez rien, l’ambassade n’est pas retranchée face à une menace particulière. Vous l’avez compris, ce char Renault FT 17 illustre l’importance accordée à la dimension mémorielle de notre relation. Il vient de Wołomin dont je salue la Maire Elżbieta Radwan. Son conseil municipal a fait de cette année celle de l’amitié franco-polonaise. Je remercie M. Bogdan Domagała, à qui nous devons cette réplique de char, et son équipe de Djchem Chemicals Poland.

Je suis en effet convaincu que la relation franco-polonaise puise toute sa force dans notre histoire commune. C’est pourquoi nous avons lancé une série d’actions liées aux commémorations de la Première Guerre mondiale. En arrivant, vous avez pu découvrir ou revoir sur les grilles de l’ambassade l’exposition consacrée à l’Armée bleue du Général Haller, inaugurée le 8 juin dernier. Ces photos sont tirées des archives de notre ministère de la Défense. Elles retracent la création de l’Armée polonaise en France, le 4 juin 1917, par décret du président de la République Raymond Poincaré. Ces scènes de la vie quotidienne nous montrent ces engagés volontaires, venus de France, mais aussi des Etats-Unis et du Canada, jusqu’à leur départ pour la Pologne. Cette armée fut « le premier acte concret et positif vers la réalisation de l’Etat polonais », comme le disait Erasme Piltz, alors représentant du Comité national polonais de Paris. Vous pouvez la voir ici jusqu’à la fin de l’été, avant qu’elle ne prenne le chemin d’autres villes de Pologne.

Comment ne pas rendre hommage au général de Gaulle en visite à Varsovie, Gdańsk et Zabrze, il y a 60 ans ? Tout le monde se souvient aussi du jeune capitaine, membre de la mission militaire française en 1920, engagé dans la bataille de la Vistule contre les forces bolchéviques.

L’année prochaine sera celle du centenaire de la renaissance de la Pologne. La France entend contribuer à ces commémorations, elle qui a été aux côtés de la Pologne pour l’aider à restaurer sa souveraineté.

Les Français ont, comme les Polonais, le goût de l’histoire et des commémorations. Certains peuvent y voir de la nostalgie ou la recherche du réconfort du passé face à un avenir incertain.

Selon moi, il s’agit de savoir d’où nous venons et de puiser encore plus d’énergie dans notre histoire pour se projeter dans l’avenir. C’est aussi le sens de la présence de Donald Trump, le président des Etats-Unis, notre grand allié de toujours, aux cérémonies aujourd’hui sur les Champs Elysées. Et croyez-moi, nous regardons bien l’avenir et allons de l’avant. J’en veux pour preuve la présence française si vivante en Pologne.

C’est d’abord une présence économique. La France est aux tout premiers rangs des investisseurs étrangers avec un stock de capital de l’ordre de 18 milliards d’euros. La Pologne compte parmi nos 10 premiers partenaires commerciaux avec un volume d’échanges de plus de 17 milliards d’euros l’année dernière.

Derrière ces chiffres, il y a des réalités très concrètes : des emplois, –  250.000  -, une responsabilité sociale, un engagement pour le développement durable et la protection de l’environnement, et plus généralement une contribution très significative à l’économie du pays. Je le constate avec satisfaction à chacun de mes nombreux déplacements en région pour rencontrer la France au travail en Pologne, – des grands groupes aux entrepreneurs individuels -, inaugurer de nouveaux investissements.

J’ai lancé, le 19 juin dernier, la 5ème édition de notre concours Eco-Miasto. Cette initiative vise à promouvoir le développement durable au niveau local en récompensant les bonnes pratiques de municipalités polonaises avec un concours national. Les prix seront décernés à l’automne. Elle aura certainement beaucoup d’échos avec la perspective de la COP 24 à Katowice.

Notre communauté d’affaires est très dynamique. Je salue ses représentants, en particulier l’équipe dirigeante de la Chambre de commerce et d’industrie France-Pologne, avec son nouveau président Jean-François Fallacher, sans oublier son prédécesseur Maciej Witucki.

La France en Pologne, c’est aussi une présence culturelle. Nous entendons continuer à jouer un rôle actif dans votre pays de grande culture.

Vous connaissez le réseau de l’Institut français à Varsovie et Cracovie, les 8 Alliances françaises, ainsi que le Centre de civilisation française et d’études francophones à l’université de Varsovie.

Dans ce domaine aussi, ce sont des réalités très concrètes : je pense par exemple au festival Misteria Paschalia à Cracovie, en avril dernier, l’un des plus importants consacré à la musique ancienne. Son édition 2017 était programmée autour de la France.

La présence culturelle française sera aussi très visible durant tout l’été et à la rentrée. Je vous recommande, lors de vos séjours dans la Triville, la très originale exposition au Musée national de Gdańsk, « L’Autochrome – le triomphe de la couleur », visible jusqu’à la fin septembre.

Il y aura aussi la 3ème édition de French Touch. Cette véritable fête de la France en Pologne donnera lieu, en septembre et octobre, à des actions commerciales et une campagne médiatique pour promouvoir le savoir-faire et les produits de notre pays. Son temps fort sera la soirée de prestige au Théâtre Wielki le 14 octobre.

La France sera aussi invitée d’honneur à la foire du livre de Cracovie en octobre. Je rappelle l’importance de notre coopération scientifique comme l’a montré le succès de la 3ème édition du Forum franco-polonais de la recherche et de l’innovation, en juin dernier.

Dans ce paysage, le Lycée français de Varsovie occupe une place particulière, à la fois pour la communauté  française et francophone et pour le rayonnement européen de la Pologne. Nous avons un projet ambitieux pour l’agrandir et le moderniser. Le soutien des autorités polonaises nous est précieux.

Le sport fédère aussi les énergies nationales. Nous sommes mobilisés pour soutenir la candidature de la ville de Paris pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Je serai, le 29 juillet prochain, à Cracovie au départ du 74ème Tour de Pologne, la grande fête des amoureux du vélo, nombreux dans nos deux pays.

Enfin, il y a l’avenir que nos deux pays voudront bien dessiner ensemble. Le peuple français a porté à la Présidence de la République Emmanuel Macron et lui a donné une large majorité à l’Assemblée nationale.

Je suis fier que les Français aient montré leur attachement aux valeurs de la République et à la vocation européenne de leur pays, en résistant à la menace terroriste et aux discours de haine, de division et de repli sur soi. Un vent d’optimisme et de confiance souffle à nouveau sur la France et l’Europe.

Nous sommes au début d’une nouvelle séquence pour la construction européenne et la relation franco-polonaise. La France est déterminée à donner un nouvel élan à l’Union européenne, avec l’Allemagne et tous les Etats membres qui le souhaitent. La tâche est immense. Mais la volonté est là pour rendre l’Europe plus efficace, plus proche des citoyens, pour qu’elle leur apporte sécurité et prospérité.

Je suis profondément convaincu que la France et la Pologne doivent être ensemble, à la hauteur de leur histoire et de leurs responsabilités européennes, conformément à leur destin commun. Les fondamentaux que sont l’appartenance à l’Union européenne et à l’OTAN nous rassemblent. Je suis profondément convaincu, dans le plein respect de ses choix souverains, que la Pologne a vocation à être au cœur de l’Europe, avec nous. Nous devons travailler bilatéralement, dans le cadre du triangle de Weimar, avec le groupe de Visegrad pour donner de la substance à nos ambitions européennes.

La relation bilatérale a traversé des moments difficiles, je ne le cache pas. Mais le dialogue a été renoué au plus haut niveau.

Le Président de la République a rencontré le président Andrzej Duda, le 25 mai, puis les chefs d’Etat ou de gouvernement du groupe de Visegrad, présidé par la Première Ministre Beata Szydło, le 23 juin. Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a reçu à Paris, le 7 juin, le ministre Witold Waszczykowski. A chaque fois, les échanges ont été cordiaux, mettant tous les sujets sur la table, avec la volonté commune d’aller de l’avant. Soyez assurés que je m’y emploie activement avec mon équipe.

J’évoquais à l’instant l’Europe qui protège. Elle doit le faire dans les domaines économiques et sociaux mais aussi évidemment pour répondre aux défis de sécurité. En matière de défense, la France est claire, nette, déterminée et active. L’Union européenne et l’OTAN sont nos deux espaces vitaux d’action et de solidarité. Ils sont parfaitement complémentaires et reposent sur un seul et même ensemble de forces, les nôtres. Le Président de la République a réaffirmé nos positions au sommet de l’Alliance, en mai, puis au Conseil européen, en juin, qui a donné une nouvelle impulsion à l’Europe de la défense. Mon pays assume plus que pleinement toutes ses responsabilités : il est engagé en Afrique et au Moyen Orient, ainsi que sur le territoire national, contre le terrorisme et contribue au renforcement du flanc oriental de l’Alliance.

Après la fête de la France, si joyeuse dimanche dernier au parc Skaryszewski, j’aurai le plaisir de retrouver la communauté française et nos amis polonais ce soir au bal français – deux évènements organisés par la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Pologne que je remercie à nouveau.

Nous devons aussi cette réception au soutien de nombreuses entreprises. Elles sont plus de vingt à s’être mobilisées pour faire de ce jour une réussite. J’exprime ma gratitude à Airbus, Auchan, Orange, Orbis, Thales, Lactalis, NC+ et Servier, ainsi qu’à toutes celles dont les logos vous ont accueillis à votre arrivée.

Enfin, n’oublions pas, en ce 14 juillet, les victimes du terrorisme à Nice, il y a un an. Le Président Macron y sera cet après-midi pour leur rendre hommage.

.Dans un tel contexte, la devise de la République « liberté, égalité, fraternité » a une résonance pleine d’émotion. C’est cette même aspiration qui a guidé les pas des grandes figures de la Pologne depuis 1791 et nous réunit aujourd’hui.

La Pologne est tellement une part de nous-même.

Mes chers amis,
Vive la France !
Vive la Pologne !
Et vive l’amitié franco-polonaise !

Pierre LÈVY
Discours prononcé lors de la réception de la fête nationale, le 14 juillet 2017.

Materiał chroniony prawem autorskim - wszelkie prawa zastrzeżone.
Dalsze rozpowszechnianie artykułu tylko za zgodą wydawcy.

Chcę otrzymywać powiadomienia o najnowszych tekstach.

Autorzy wszyscy autorzy

A B C D E F G H I J K L M N O P R S T U W Y Z
Przejdź do paska narzędzi