Junichi TADA: La facette varsovienne de Chopin. Souvenirs du 19e festival international de musique  „Chopin et son Europe”

La facette varsovienne de Chopin. Souvenirs du 19e festival international de musique  „Chopin et son Europe”

Photo of Junichi TADA

Junichi TADA

Musicologue, publiciste et professeur de piano japonais. Auteur de la première biographie japonaise de Frédéric Chopin, publiée en 2023.

Ryc.: Fabien Clairefond

Autres textes disponibles

.Depuis le 16e concours Chopin, organisé en 2010 à l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Chopin, il est de plus en plus possible d’entendre des interprétations individuelles des œuvres du compositeur, dont le style évolue progressivement. Cette évolution est particulièrement évidente depuis le premier concours international Chopin sur instruments historiques en 2018 et le dix-huitième concours Chopin en 2021. J’ai décidé d’analyser la manière dont les lauréats du XVIIIe concours Chopin jouent déjà après le concours. Bien sûr, j’assiste à leurs concerts au Japon, mais il me serait plus facile de comparer leurs performances si je pouvais tous les entendre à intervalles rapprochés.

Le festival international de musique « Chopin et son Europe » se tient chaque année au mois d’août. La 18e édition a eu lieu en 2022, année du romantisme polonais. Au cours de ce festival, tous les lauréats du 18e concours Chopin – ils étaient huit – ont eu l’occasion de donner des récitals. Cinq d’entre eux ont été interviewés à cette occasion. Dans tous les entretiens, la question suivante a été posée : « Aimeriez-vous incorporer des éléments d’improvisation dans votre performance, qui a été présentée lors du premier concours international Chopin sur instruments historiques en 2018 ? ».

Leonora Armellini, lauréate du cinquième prix du 18e concours Chopin, a interprété quatre ballades de Chopin ainsi que des œuvres de Debussy et de Schumann lors du festival. Commentant son interprétation de la Valse en la bémol majeur, opus 34 n° 1, lors du concours Chopin, Armellini a déclaré : « J’étais consciente que ma performance était fantastique ». Interrogée sur l’improvisation lors du festival « Chopin et son Europe », elle a répondu : « En effet, je pensais ajouter quelques notes d’improvisation aux ballades. J’aimerais essayer cela la prochaine fois ». Elle était également intéressée par la possibilité de jouer sur des instruments d’époque ; il y a quelques années, elle a acheté un Erard de 1844.

Lauréat du troisième prix du 18e concours Chopin, Martín García García a interprété la Valse en mi mineur (WN 29), la Valse en do dièse mineur, op. 64 n° 2, trois valses, op. 34 et la Sonate en si mineur, op. 58, ainsi que des pièces de J.S. Bach et Liszt. Il a apporté quelques modifications aux parties répétitives des œuvres de Chopin, par exemple en ajoutant des ornements. Interrogé sur l’improvisation, il a répondu : « Je pense qu’il serait tout à fait naturel d’inclure l’improvisation dans les œuvres de Chopin, qui sont après tout de la musique de salon. À mon avis, cela ne devrait pas dépendre du fait que l’on joue ces œuvres sur un instrument moderne ou historique ».

Lauréat du deuxième prix du 18e concours Chopin, Alexander Gadjiev a interprété les Préludes, op. 45, la Polonaise-Fantaisie, op. 61, la Sonate en si bémol mineur, op. 35, et la Fantaisie en do majeur, op. 17, de Schumann. En ce qui concerne l’improvisation, il a déclaré : « J’aimerais ajouter des improvisations aux œuvres de Chopin. Au Hamarikyu Asahi Hall de Tokyo, il y a un an, en septembre, j’ai joué une improvisation en rappel, et lors d’un concert en Italie, il y a quinze jours, j’ai ajouté une improvisation entre une fantaisie, une mazurka et une sonate ».

Lors des concerts des pianistes japonais, il y avait beaucoup de Japonais dans le public. Le deuxième prix ex aequo Kyohei Sorita s’est produit le 21 août (2023) et le quatrième prix Aimi Kobayashi le lendemain. Les billets pour leurs concerts se sont vendus rapidement et ont été difficiles à trouver au Japon. De plus, les Japonais vivant en Allemagne, au Royaume-Uni et dans d’autres pays européens étaient également intéressés par leurs performances. La nouvelle que Sorita et Kobayashi étaient les premiers lauréats japonais du concours Chopin depuis 2005 a fait la une des journaux japonais, de la télévision et de l’internet, et l’enthousiasme a gagné tout le Japon. Des slogans tels que « Concours Chopin », « deuxième place pour la première fois au bout de 51 ans » et « Kyohei Sorita » ont suscité la curiosité des amateurs de musique non classique.

Sorita a interprété le Prélude en do dièse mineur, opus 45 et la Sonate, opus 58 de Chopin, ainsi que des pièces de J.S. Bach et Brahms. En rappel, il a joué le Largo en mi bémol majeur « Boże, coś Polskę » et la Polonaise en la bémol majeur, opus 53. Interrogé sur l’improvisation, il s’est montré plutôt prudent : « J’aimerais essayer de l’incorporer peut-être dans dix ans, lorsque j’aurai une connaissance complète et approfondie de toutes les œuvres de Chopin ».

Kobayashi a choisi les Préludes opus 28 de Chopin, qu’elle a joués avec des œuvres de Schumann et de Schubert. Elle a séduit le public par une prestation où elle était extrêmement concentrée. En ce qui concerne l’improvisation, elle a déclaré : « Il est bien connu que Chopin n’utilisait jamais deux fois la même expression. J’aimerais interpréter sa musique en me concentrant sur la dynamique et le phrasé plutôt qu’en ajoutant des notes et des ornements ».

Il était évident que tous ces pianistes essayaient de mettre en évidence la diversité inhérente aux œuvres de Chopin dans leurs interprétations.

Le lauréat du 18e concours Chopin, Bruce (Xiaoyu) Liu, a interprété au festival les Variations en si bémol majeur sur le thème Là ci darem la mano de l’opéra Don Giovanni de Mozart, opus 2 – à chacun des trois concerts. Lors du premier, il a joué sur piano contemporain, et lors du deuxième, il a interprété une version de concert de la pièce sur Erard avec l’Orchestra of the Eighteenth Century. Le dernier jour, il a interprété le Concerto pour piano n° 2 en fa mineur, opus 21, avec la Royal Philharmonic Orchestra, suivi d’un rappel. Au début, il a interprété le thème seul, puis, immédiatement après, le chef d’orchestre Vasily Petrenko est apparu sur scène et le public a entendu la version de concert, ce qui a été une surprise.

La 19e édition du Festival international « Chopin et son Europe »

.Après avoir vécu une période passionnante de découverte et d’inspiration lors du festival de 2022, je suis revenue à l’événement cette année encore. Il y a un an, on m’avait demandé de rédiger un compte rendu du festival pour le magazine mensuel « Chopin ». Cette fois-ci, d’autres magazines, dont « Musica Nova » et le magazine en ligne « Bravo », m’ont demandé de rédiger un article. Le fait que le festival soit suivi par ces magazines reflète l’intérêt des Japonais pour les œuvres de Chopin. La 19e édition s’est déroulée sous la devise „Pas pour la première fois” et a annoncé la 20e édition anniversaire, qui aura lieu en 2024.

En 2023, certains participants ont annulé leur prestation ou ont été remplacés pour des raisons de santé. Le troisième jour du festival, Kevin Chen s’est produit en tant que remplaçant. Juste avant le festival „Chopin et son Europe », il avait interprété les Études, opus 10 au 78e festival international Chopin de Duszniki-Zdrój, où sa technique parfaite avait été très appréciée. Cependant, pour le festival de Varsovie, il a choisi les Études, opus 25, une décision qu’il a motivée comme suit : « J’ai choisi l’opus 25 parce que l’événement était diffusé par la même société de radio et la même chaîne YouTube, et j’ai donc estimé qu’il ne fallait pas répéter l’opus 10 ». Bien qu’il n’ait reçu la proposition de se produire au festival qu’avec une semaine d’avance, sa capacité d’adaptation est sans faille. Dès le début de la première pièce, il a su entrer dans son propre univers et y entraîner le public. Ses interprétations ne sont pas intuitives, mais portent la marque d’une réflexion sur le sens des notes, l’articulation et le phrasé.

Lors du festival « Chopin et son Europe », le Concerto pour piano n° 2 en fa mineur, opus 21, de Chopin a été interprété par trois pianistes, chacun dans une forme et une version différentes. Le premier était Ivo Pogorelić avec l’Orchestre de chambre de Bâle, qui a joué dans une forme conventionnelle – piano contemporain et orchestre. Le jeu de Pogorelić est très convaincant et énergique. Hugo Ticciati était premier violon et chef d’orchestre, et bien que les changements de tempo de Pogorelić aient été assez subtils, Ticciati interrompait parfois son jeu de violon pour se concentrer sur la direction d’orchestre. Le public a réagi par des applaudissements à cette performance innovante du pianiste original, qui continue d’éblouir.

En outre, le festival a vu la première du Concerto pour piano en fa mineur, op. 21, arrangé pour guitare et orchestre. La guitare était jouée par Mateusz Kowalski. Pendant le prélude et le tutti, l’orchestre a joué à un niveau de volume presque standard, mais pendant le solo de guitare, le volume de l’orchestre a été fortement réduit. Le public a écouté la guitare résonner dans un silence presque total. Ce fut un moment important qui a marqué le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire du concerto pour piano en fa mineur.

Tomasz Ritter, lauréat du premier concours international Chopin sur instruments historiques, a réalisé avec succès son récital et s’est également produit à la place d’autres musiciens. Il a interprété avec le quatuor une version de chambre du Concerto pour piano en fa mineur, opus 21, sur un Pleyel de 1848. Comme il l’a dit lui-même, avant d’interpréter les œuvres de Chopin, il lit non seulement tous les commentaires des éditions urtext, mais il utilise également les versions dédicacées et les premières éditions, ainsi que le site web « The Online Chopin Variorum Edition (OCVE) ». En recourant à ces sources, Ritter a développé une expression intéressante. Il a déclaré « Le plus important, c’est d’être vraiment conscient de ce qui se passe : „La chose la plus importante est de vraiment sentir que l’on veut jouer d’une certaine manière, et de ne pas le faire différemment à tout prix à chaque fois ».

La 19e édition du festival « Chopin et son Europe » a été très populaire auprès du public japonais. Cinq lauréats du concours Chopin se sont produits au cours des deux journées de concert. Dang Thai Son et Bruce (Xiaoyu) Liu ont d’abord interprété ensemble le Concerto pour piano n° 10 en mi bémol majeur de Mozart pour deux pianos, puis Lukas Geniušas a joué le Concerto pour piano de Haydn. Le lendemain, Kate Liu et Eric Lu, élèves de Dang, ont interprété le concerto pour piano n° 10 en mi bémol majeur pour deux pianos, et Dang a joué le concerto pour piano n° 12 de Mozart. Le festival de Varsovie a permis de réaliser des programmes qui n’auraient pas pu être exécutés ailleurs.

Deuxième concours international Chopin sur instruments historiques

.Cinq ans après que Naruhiko Kawaguchi a remporté le deuxième prix du premier Concours international Chopin sur instruments historiques en 2018, la prochaine édition de ce concours a suscité beaucoup d’intérêt au Japon. Sur les 84 participants au concours, 23 étaient japonais, ils étaient donc plus nombreux que les 15 candidats de Pologne.

Trois facteurs principaux ont contribué à cette forte participation de pianistes japonais. Tout d’abord, la chaîne NHK BS1 a diffusé le programme télévisé Chopin. Podróżnicy w czasie: pierwszy międzynarodowy konkurs na instrumentach dawnych (Les voyageurs du temps : le premier concours international sur instruments anciens), qui a été très bien accueillie. Deuxièmement, après avoir remporté le concours, Kawaguchi a organisé de nombreux concerts sur des pianos d’époque, contribuant ainsi à populariser ces instruments au Japon. Troisièmement, avant même que Kawaguchi ne remporte le prix, son professeur Kikuko Ogura n’a cessé d’élargir le public de la musique interprétée de cette manière, en donnant des concerts sur des instruments d’époque et en publiant des enregistrements. De plus, depuis 2018, l’Académie de piano de la SACLA, fondée par le professeur Kikuko Ogura, est en train de se développer. L’Académie de piano SACLA, fondée par Ogura, propose des études sur instruments d’époque.

Le deuxième concours international Chopin sur instruments historiques a débuté par l’annonce inattendue, la veille, que Martha Argerich se produirait lors du concert d’ouverture avec Tomasz Ritter et Bruce (Xiaoyu) Liu. Le public a pu assister à un concert unique intitulé « Le miracle de Varsovie ». Cependant, aucun Japonais (moi y compris) ne s’attendait à une autre surprise, qui s’est avérée être les résultats de la première étape quelques jours plus tard.

Sur les dix participants japonais, seule Saya Kamada a franchi cette étape. Cependant, au vu des notes annoncées plus tard par le jury, il est difficile de ne pas être d’accord avec ce résultat. Les quinze participants qui ont passé la première étape sont ceux qui ont reçu un « oui » de la part de quatre des neuf membres du jury. Six autres participants, dont quatre Japonais – Satoshi Iijima, Yuya Nishimoto, Shun Oi et Mana Shoji – ont reçu la note « oui » de trois membres du jury. La première étape a été, à mon avis, la plus difficile à juger. Elle présentait des pianistes qui suivaient des voies différentes : ceux jouant sur des instruments anciens, ceux jouant à la fois sur des instruments modernes et anciens, et les pianistes jouant sur des instruments contemporains.

On pouvait prévoir avant même le concours que les membres du jury auraient des opinions différentes sur la manière d’interpréter les dix dernières mesures de la Fantaisie en ré mineur (KV 397) de Mozart, et sur les limites admissibles de l’improvisation et de l’arrangement de la polonaise de Kurpiński et d’œuvres d’autres compositeurs polonais. Il ne faut pas oublier que lors des concours Chopin, les Japonais n’ont pas remporté de prix lors de deux éditions consécutives – la 16e en 2010 et la 17e en 2015. En revanche, lors de la 18e édition en 2021, deux Japonais ont remporté les deuxième et quatrième prix. Le troisième concours international Chopin sur instruments historiques devrait accueillir un certain nombre de pianistes japonais.

Lors de la première et de la deuxième étape, les participants ont ajouté des préludes improvisés aux œuvres de Chopin et ont modifié et ajouté des ornements. J’ai écouté avec grand intérêt les improvisations, qui étaient belles et parfois extrêmement créatives. Le fait que les styles d’interprétation de l’époque de Chopin considérés par chaque participant aient été joués sur des instruments de l’époque du compositeur est d’une grande importance. Un concours où les pianistes jouent sur des instruments d’époque leur permet de mettre en valeur des expressions qui ne seraient pas envisagées par des pianistes jouant uniquement sur des pianos contemporains.

Finalement, le premier prix a été remporté par Eric Guo et le deuxième prix par Piotr Pawlak grâce à leurs performances constantes et régulières de la première à la dernière étape, ainsi qu’à leur approche académique des œuvres de Chopin. Dans le deuxième mouvement du Concerto pour piano n° 1 en mi mineur, opus 11, que Guo et Pawlak ont interprété lors de la dernière étape, les deux pianistes ont intégré une variante que Chopin avait inscrite dans la partition de son élève aux mesures 59 et 61.

.La question de savoir comment exprimer la musique de Chopin reste ouverte. Le principal lieu de discussion à ce sujet est Varsovie, où Chopin a passé sa jeunesse. Découvrir Chopin est un voyage permanent.

Junichi TADA

œuvre protégée par droit d'auteur. Toute diffusion doit être autorisée par l'éditeur 02/06/2024